Compagnon de service

Il m’a été montré une attitude qui est très commune dans les assemblées et communautés religieuses, de vénération de certains des orateurs. Je lisais encore il y a deux jours, le rôle et la mission qui leur était confié n’est autre chose que de Servir. Cet écrivain disait ceci : 

La mission de ces orateurs, est avant tout de servir et non de se faire servir en étant des administrateurs de communauté.

Qui sont-ils pour nous ?

Je veux cependant que les choses soient claires entre nous, il ne s’agit aucunement pour moi de faire quelconque reproche ou porter quelque jugement sur eux, mais plutôt d’attirer notre attention sur les ruses qu’utilise l’ennemi pour nous pousser, même dans les activités cultuelles et religieuses, à détourner notre adoration.

Si cet auteur nous ouvre les yeux sur la notion de service que ces dirigeants de communautés devraient avoir, Jean dans le livre d’Apocalypse met en lumière la manière de faire et comment agir avec eux. Il dit ceci en Apocalypse 19.10 :

Et je tombai devant ses pieds pour l’adorer, et il me dit : Garde-t’en bien !

Je suis ton compagnon d’esclavage et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus ; adore Dieu. Car le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie.

Cette version (Bible de Lausanne de 1872) accentue la notion de service en utilisant le mot d’esclavage.

Jean dans ses écrits du livre des révélations met l’accent sur le fait que ces personnes sont nos compagnons de service d’une part et d’autre part qu’ils ne devaient aucunement être ni vénéré, ni adorer ou même encensé. C’est comme si dans la période esclavagiste, il s’agissait pour un maitre ou pour un esclave d’encenser un autre esclave.

Mais au-delà de cela, ce que nous révèle Jean, c’est de réserver notre adoration non pas à notre compagnon de service, mais à Yéhoshoua ha Massiah, Jésus le Messie.

Pourquoi ne pas se tromper dans notre adoration ?

L’une des premières raisons est comme dit Jésus lui-même : 

Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. Luc 20.25

La deuxième nous est indiqué lors de la rencontre entre les Hébreux et Dieu dans le désert où il leur dit :

Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu, car Yahvé a pour nom Jaloux : c’est un Dieu jaloux. Exode 34.14

Nous avons ici des éléments qui nous parle de l’adoration qui doit être réservé à notre Dieu qui a aussi pour nom Jaloux. Ne détournons pas notre adoration qui doit Lui être réservé pour le porter sur Ses serviteurs. Gardons-nous, nous, enseignants et serviteurs de Dieu, de nous enorgueillir des talents et des dons qu’il nous donne pour nous enrichir au détriment de nos compagnons de services.

Que notre Seigneur Jésus et son Esprit nous préservent de tout cela, afin que toute la gloire et les fruits de nos actions ne soient adressées qu’à Dieu.

Apocalypse 19.10