Dans le Seigneur

Leur repos

Depuis quelques jours, de nouveau, la liste des décédés en Guadeloupe augmente. On parlait il y a de cela quelque temps de décès lié à la COVID-19 et d’une population pas suffisamment vaccinée comme raison à cette interminable liste d’avis de décès, mais un regain de mort plonge dans le deuil familles, amis et parfois mêmes collègues.

Je dis souvent que devant ces situations et particulièrement la mort, les mots ne suffisent pas et ne permettent pas d’effacer la souffrance et la douleur. Toutefois, le soutien et la présence auprès de ceux qui sont touchés par le deuil, restent appréciables.

Nous n’allons pas refaire l’histoire ni les raisons de ce nombre croissant de morts, ni n’aurons de débat ou discussion sur la vaccination ou encore de l’attitude de certains gouvernements souhaitant plus que tout réduire la durée vie de l’être humain.

Un des dirigeants, d’ailleurs, affirmait, que ces gouvernements s’octroyaient les prérogatives divines pour décider de qui devait vivre ou mourir en se désolidarisant des autres.

Quoi qu’il en soit, notre passage sur terre n’est qu’éphémère et un jour ou l’autre nous y passerons aussi. 

Parfois, les croyants, se demandent ce qu’il adviendra de ces personnes après la mort. D’autres tiennent pratiquement conseil pour définir s’ils seront destinés au paradis ou à l’enfer.

Pour ma part, ce qu’il adviendra de l’homme à sa mort, ne m’intéresse pas, si ce n’est que celui-ci soit sauvé. Je dis d’ailleurs souvent dans ces situations, que cet homme ou cette femme, est libéré de tous soucis alors que moi j’ai encore la peine et la souffrance liées d’une part à son décès, mais aussi à mes tracas quotidiens sur Terre.

Au-delà de la souffrance, que nous dit les écritures concernant la mort ?

Ces personnes ont-elles vécu dans le Seigneur ou sans l’avoir connu ?

Le livre de l’apocalypse nous dit ce qui suit : 

Alors j’entendis une voix qui venait du ciel, et qui me dit :

Écrivez : Heureux sont les morts qui meurent dans le Seigneur. Dès maintenant, dit l’Esprit, ils se reposeront de leurs travaux : car leurs œuvres les suivent. Apocalypse 14.13

Le texte insiste sur le repos dont bénéficient les morts, mais nous donne une indication plus que troublante en ce qui concernent les œuvres qui suivent l’homme ayant quitté ce monde.

À quoi, peuvent bien servir ces œuvres ?

Même si je ne comprends pas tout à fait le sens ni l’importance des œuvres du décédé, je constate de toutes les manières que lors des funérailles, on procède toujours à un rappel des souvenirs, d’œuvres, d’actions généralement bonnes réalisées de son vivant.

Mais à quoi servent-elles après la mort ?

Nous trouvons quelques éléments de réponses dans le livre d’Apocalypse 20.12, il est écrit : 

Et je vis les morts, les grands et les petits, se tenant devant le trône ; et des livres furent ouverts ; et un autre livre fut ouvert qui est celui de la vie. Et les morts furent jugés d’après les choses qui étaient écrites dans les livres, selon leurs œuvres.

Il est indiqué que les œuvres de tous sont écrits dans des livres qui serviront pour le jugement de ceux-ci.

On peut donc, ici, comprendre les raisons pour lesquelles le Seigneur nous dit en Matthieu 7.1

Ne jugez point, et vous ne serez point jugé ; ne condamnez point, et vous ne serez point condamné.

En d’autres termes, on nous invite à laisser le jugement des œuvres de l’homme à Dieu, Lui seul, est juge. 

Il n’y a qu’un Législateur, et qu’un Juge, qui peut sauver et qui peut perdre. Mais vous, qui êtes-vous pour juger votre prochain ? Jacques 4.12

Que dire donc ?

Gardons alors à l’esprit, les moments de joie, de transmission et de partage, d’Amour, d’affection, de joie, de gaieté avec ceux qui nous ont quitté.

Reconsidérons également nos œuvres afin que celles-ci plaident en notre faveur lors de notre jugement devant Le Créateur.

Apocalypse 14.13