Deux issues

Sa miséricorde

Notre réflexion du jour porte sur la miséricorde. La définition qui en est faite est d’une part de la compassion pour la misère de l’autre et d’autre part par la générosité entrainant le pardon, l’indulgence pour un coupable.

Mais de manière générale, dans le milieu religieux, on considère la miséricorde comme étant un acte de bonté de Dieu faisant grâce à l’homme.

On peut de cette définition retenir les mots suivants en résumé : 

Compassion, Pardon et Grâce.

Dans le livre des Psaumes 78.38, le psalmiste dit ceci : 

Lui était toujours tendresse et compassion, il pardonnait la faute plutôt que de les perdre. Que de fois n’a-t-il pas fait taire sa colère au lieu de réveiller toute sa fureur !

J’ai été amené pour comprendre la miséricorde de Dieu à considérer deux des disciples de Jésus. Le premier Simon Pierre et le second Judas Iscariote.

Dans le livre de Marc 14.72 il est fait le récit de Pierre après avoir renié à plusieurs reprises Le Messie. Il est écrit : 

Et le coq chanta pour la seconde fois. Et Pierre se ressouvint de la parole que Jésus lui avait dite : Avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois. Et en y pensant, il pleura.

Nous voyons déjà dans l’attitude de Pierre une reconnaissance de sa faute.

Le second disciple, Judas à lui aussi reconnu sa faute, son péché, mais a préféré mettre un terme à sa vie. Il est ainsi dit en Matthieu 27.4,5 :

J’ai péché en livrant le sang innocent.

Mais ils dirent : Que nous importe ! tu y aviseras.
Et ayant jeté l’argent dans le temple, il se retira ; et s’en étant allé, il se pendit.

Voilà deux issues différentes pour les deux disciples de Jésus.

Si les deux ont reconnu leurs erreurs, leurs fautes, l’un a pu bénéficier du pardon et de la grâce de Dieu alors que l’autre, ne pouvant supporter le poids de sa faute, de son péché, se pendit.

Comment nous positionnons-nous quand nous avons péché ?

Comme un Simon Pierre ou comme un Judas Iscariot ?

La différence à son importance et la fin aussi. Judas met fin sa vie alors que Pierre, tout aussi conscient de sa trahison, a pris les rênes de l’église du Messie.

Nous sommes tous des pécheurs, et c’est notre choix qui définira si nous serons considérés comme des Judas qui renoncent au plan de Dieu pour notre vie ou comme des Simon Pierre qui reconnaissent et se repositionnent dans le plan de Dieu.

Ne renonçons donc pas à la grâce qui nous est offerte par Le Seigneur, mais humilions-nous et acceptons Son Pardon.

Psaumes 78.38