Esprit de liberté

Fenêtre ouverte

Une fenêtre, aussi simple qu’elle soit, donne une vision sur ce qui se passe à l’extérieur et suscite également des désirs d’évasion, de liberté. Ainsi, un prisonnier ayant une fenêtre qui lui donne une vision même partielle de ce qui se passe à l’extérieur, développe chez lui cette volonté de profiter de l’air qui s’y trouve.

Ouvrir la fenêtre est un excellent moyen pour chacun d’entre nous de profiter de cet air sans pour autant devoir sortir de son confort, de la sécurité du lieu où l’on se trouve.

Quelles sont les fenêtres que nous souhaitons ouvrir ?

Hier, j’ai pensé à cette expérience que j’ai eu avec mon feu voisin qui, couché sur son lit médicalisé, me disait à plusieurs reprises : ouvè founèt-la, fèmé founèt-la. Dans la traduction, ouvre la fenêtre, ferme la fenêtre. Aussi gênante, voir exaspérante que fut la situation, je m’exécutais sans comprendre le sens de cet exercice me soumettant à la volonté de ce dernier.

Ce n’est qu’en fin de journée, que me vit cette explication et révélation de ce que Le Créateur voulait m’enseigner.

D’une part, il s’agissait pour moi d’apprendre à me soumettre à Sa volonté même si, je ne comprend pas ce qu’Il me demande. Exécuter Ses directives, simplement sans chercher à comprendre. Mais au-delà de cela, il y a comme nous l’avons dit précédemment, cette nécessité de vouloir chercher à nous libérer de nos chaines, quelles qu’elles soient, sortir de notre zone de confort et prendre notre envol pour vivre selon Ses directives.

Qu’est-ce qui nous réfrène à ouvrir définitivement la fenêtre ?

Pourquoi ne pas nous ouvrir à ce changement d’habitude et de vie pour découvrir ce qu’Il a à nous offrir ?

Nous avons tous individuellement nos freins qui nous empêchent de nous épanouir et de changer de mode de vie. Parfois notre travail, parfois nos relations, parfois la famille, tout cela peut être un vrai à notre véritable épanouissement.

Je ne parle pas ici seulement d’épanouissement lié à notre vie terrestre, mais particulièrement cet épanouissement, cette liberté spirituelle.

Nous avons avec nos instructions et enseignements reçus de nombreux freins que nous avons emmagasinés et qui nous empêchent de vivre cette vie de liberté selon les directives divines.

Nous nous sommes astreints à les appliquer dans notre vie, de temps en temps les enfreignant et à d’autre moment les appliquant rigoureusement. Nous avons alors ouvert, puis fermé la fenêtre à cette vie nouvelle avec Dieu.

Malheureusement, notre confort de vie, nos habitudes sont, bien plus difficile à abandonner que nous le pensons. Pour pouvoir franchir la fenêtre et profiter de cet esprit de liberté avec Lui, nous devons d’abord nous affranchir de ce qui nous y retient.

L’image biblique qui m’est venue quant à cette révélation est celle relatée dans Genèse 8.6-12. Il est dit :

Quarante jours s’étant encore passés, Noé ouvrit la fenêtre qu’il avait faite dans l’arche, et laissa aller un corbeau, qui étant sorti ne revint plus, jusqu’à ce que les eaux de la terre fussent séchées.

Il envoya aussi une colombe sept jours après le corbeau, pour voir si les eaux avaient cessé de couvrir la terre. Mais la colombe n’ayant pu trouver où mettre le pied, parce que la terre était toute couverte d’eaux, elle revint à lui, et Noé étendant la main, la prit et la remit dans l’arche.

Il attendit encore sept autres jours, et il envoya de nouveau la colombe hors de l’arche. Elle revint à lui sur le soir, portant dans son bec un rameau d’olivier, dont les feuilles étaient toutes vertes. Noé reconnut donc que les eaux s’étaient retirées de dessus la terre.

Il attendit néanmoins encore sept jours ; et il envoya la colombe, qui ne revint plus à lui.

Ne revenons donc plus en arrière, comme la colombe, si ce n’est pour annoncer à tous ceux qui nous sont proches, la bonne nouvelle de cette vie avec Dieu, loin des coutumes et habitudes de vie qui sont des freins à notre épanouissement, notre élévation spirituelle. Ouvrons définitivement la fenêtre sur cette nouvelle vie qui nous est offerte comme un cadeau de Dieu.

Genèse 8.6