Fléaux des temps

L'hypocrisie

De nos jours et de tout temps, certaines personnes dissimulent leurs personnalités et intentions de manière à tirer parti de situation particulière.

Pas plus qu’hier, suite aux élections législatives, de nombreuses stratégies ont vu le jour, faisant ressortir des petites crises parfois internes aux partis politique. Ainsi, une candidate affirmait renoncer à poursuivre l’aventure électorale malgré le soutien de son parti de rattachement à cause du manque d’engagement des membres de ce même parti.

Nous avons tous connu ce type de situation et nous continuerons de les vivre. De temps en temps, c’est nous même qui avons cette attitude où nous dissimulons nos pensées, nos sentiments et cachons d’une certaine manière la vérité.

Cela me fait penser à un téléfilm « La vengeance aux deux visages » où une femme, laisser morte par son mari, voulant s’en débarrasser, dû utiliser des stratagèmes pour séduire celui-ci et reprendre possession de ses biens perdus. 

Pourquoi est-ce si facile et aisé de cacher la vérité ?

Peut-on vivre sans être hypocrite ?

Malheureusement, le monde et la société dans laquelle nous vivons, ne nous permet pas de voir une société dépourvue d’hypocrite. Nous l’avons évoqué, la politique fourmille d’amis qui se déchirent un jour pour défendre chacun leurs positions et intérêts puis, à un autre moment, se retrouvent pour défendre des intérêts communs.

Dans certains foyers, aussi, malheureusement, frères, sœurs se déchirent pour défendre leurs intérêts personnels, reléguant au second plan, les liens du sang, la famille.

Depuis petit, j’ai toujours dit que le lieu où l’on rencontrait le plus d’hypocrisie était les funérailles, où généralement, on ne trouve aucun mal à redire du défunt. Il n’avait que de bonnes qualités ou bonnes intentions.

Encore une fois, malheureusement, dans nos assemblées religieuses, nous retrouvons également ces attitudes et pratiques sournoises que je qualifie de malsaine.

Dans son livre aux Galates, l’Apôtre Paul nous décrit cette pratique au sein même des disciples.

Parlant de Pierre, il raconte que ce dernier en sa présence dissimulait le fait qu’il partageait le repas avec ceux qui n’avaient pas les mêmes croyances que lui. Pour être plus précis, ces personnes, ne respectaient pas les lois de Moïses et la tradition juives sur l’alimentation.

S’en prenant à Pierre, Paul se rendit compte que le témoignage que donnait Pierre, n’était pas le bon. On voit clairement sa désapprobation de l’attitude de Pierre en Galates 2.11-13

Mais lorsque Pierre vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible
Car, avant que quelques personnes fussent venues de la part de Jacques, il mangeait avec les gens des nations ; mais lorsqu’elles furent venues, il se retirait et se séparait, craignant ceux de la circoncision, et avec lui le reste des Juifs aussi usèrent d’hypocrisie ;
en sorte que Barnabas même était aussi entraîné par leur hypocrisie.

Il n’est pas évident de se dire et d’admettre que dans nos assemblées, entre dirigeants, qu’il y ait ce type d’attitude, mais je n’oublie pas, cependant, que nous sommes et eux aussi sont des hommes.

J’ai moi-même été, comme Pierre, bonne figure dans la communauté et toute autre personne à l’extérieur de celle-ci. 

Sommes-nous en mesure de les condamner si nous faisons pareil ?

Aujourd’hui, je peux en partie comprendre l’attitude de certains qui, pour se donner une bonne apparence, ont justement deux visages et sont, de fait, des hypocrites.

La réprimande de Paul à Pierre, a amené ce dernier à reconsidérer son attitude et à être une seule et même personne, Quel que soit le lieu où le milieu dans lequel il se trouvait.

Reconsidérons à notre tour, nos fonctionnements, nos attitudes dans les différents milieux où nous sommes amenés à nous trouver et faisons en sorte que nous ne soyons qu’une seule et même personne. 

Galates 2.13