Il vient au nom du Seigneur

Dans notre réflexion d’hier, Élu par Dieu, nous avons pu comprendre l’importance de nos choix, mais surtout la responsabilité de celui qui est choisi.

Hier également débutait la semaine pascale ou semaine sainte pour certaines communautés. Si toutes ne fêtent pas, il reste néanmoins un fait, c’est qu’à cette période a lieu la commémoration du Messie entrant dans la ville de Jérusalem et accueilli par des acclamations.

Certains sont acclamés sur Terre pour leur victoire aux élections, Lui l’a été pour accompagner Son entrée dans la ville sainte en qualité de Roi.

Mais que représente le palmier ?

Pourquoi un palmier et pas un autre branchage ?

Le palmier est considéré comme l’un des plus vieux végétaux du monde qui résiste aux températures froides.

Mais il y a selon moi une indication qui nous ramène au cantique du roi David quand il disait : 

Le juste poussera comme un palmier, il grandira comme un cèdre du Liban. Psaumes 92.12

Il est probable que l’accueil avec les palmes ne représentait aucune importance pour celui qui utilisait le branchage, mais Le Tout-Puissant qui voulait honorer Son fils était à la manœuvre. Les paroles prononcées d’ailleurs par le peuple le confirme, puisqu’ils le reconnaissaient comme Roi venant du Seigneur.

Ils chantaient et criaient : 

Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur et le roi d’Israël ! Jean 12.13

Le mot Hosanna, proclamé par le peuple de Jérusalem, a, lui aussi, une signification particulière. C’est un cri d’appel à l’aide signifiant : Sauve Je Te prie.

Mais il se rapporte aussi au Psaume 118, dans lequel le psalmiste fait part du salut de l’homme venant de l’Éternel. Les commentaires bibliques font du mot Hosanna, hoschiana, en hébreux, un appel à la délivrance. La particule na, du mot, renforce la supplication par ces mots Daigne sauver.

Qui est en mesure de sauver si ce n’est le Fils de Dieu ou Dieu Lui-même ?

Voilà donc pourquoi le peuple a acclamé le Messie ainsi. On peut également se dire que dans la vision de ceux-ci, il voyait le Seigneur comme le Messie devant rétablir le Royaume de David. Quand on met tous ses espoirs en une personne pour nous sauver, nous délivrer de nos difficultés, pour rétablir notre vie, au moins comme elle l’était avant nos souffrances, nos maladies, on s’abandonne totalement à elle.

Le peuple de Jérusalem, a reconnu en Jésus son Messie, son sauveur et lui a exprimé par des chants son appel à la délivrance.

Qu’en est-il de nous ?

Reconnaissons-nous Le Messie comme notre Sauveur ?

Cherchons-nous en Lui Secours et Délivrance ?

Faisons en conséquence de cette période de Pâque, un moment pour nous remettre entièrement à Lui et pour rechercher en Lui Salut et Secours.

Confessons nos fautes et nos erreurs et rentrons dans Sa paix. Accordons le Pardon à nos frères, à nos sœurs, comme nous aussi nous recevons Son pardon, Il vient au nom du Seigneur.

Jean 12.13