Je suis désespéré

Besoin de Toi

Le désespoir est selon la définition :

Un grave état d’accablement, de douleur profonde dans lequel tombe une personne à la suite d’un excès de difficultés et d’afflictions extrêmes.

Combien de foi nous sommes-nous trouvé dans des situations où aucunes de nos actions ne pouvaient faire évoluer les choses en notre faveur. À ces moments, nous nous sentons bien seul et complètement abattu.

Ce matin, va savoir pourquoi, je me suis réveillé avec cette chanson dont les paroles sont celles-ci : 

Seigneur, viens près de moi,

J’ai tant besoin de toi !

Ne te refuse pas, Je me sens si seul, si fatigué, fatigué.

Je n’ai besoin de rien, Si seulement tu veux bien,

Par ton Esprit divin, Me consoler quand j’ai trébuché, trébuché.

Quand je te cherche dans la nuit, J’ai froid, j’ai peur, sans ami. Il n’y a plus que le doute à l’infini…

Cette chanson associée à la définition du mot Désespoir montre que malgré toute notre bonne volonté à vouloir sortir de certaines situations difficiles et compliqué, nous nous trouvons face à notre impuissance finalement.

Quand celle-ci est mise à nu, pour certains, nous nous tournons vers le Créateur, pour d’autres vers des psychanalystes ou encore vers ceux qui  pratiquent la voyance ou dans leur horoscope pour trouver les causes racines de leur situation.

Vers qui nous tournons-nous ?

À quoi sont dues ces situations ?

Il ne nous est pas évident de comprendre que tout ce qui se passe dans notre vie à pour but de nous enseigner, de nous faire grandir et de nous enrichir. Malgré le rejet par l’homme de l’existence de Dieu, il n’empêche que dans ses difficultés, l’homme recherche, ailleurs que dans la réalité visible, des solutions à ces problèmes.

Combien de foi ai-je entendu certaines personnes se disant athée, s’exclamer dans certaines situations : Aïe bon Dieu.

Vous me direz, ce n’est qu’une expression comme tant d’autres. Toutefois, cela révèle que dans l’inconscient de l’homme, il y a une partie de lui qui reconnait l’existence du Créateur.

Le Psalmiste David avait quant à lui bien compris cette réalité. Il s’écrit :

Yahvé, je t’appelle, accours vers moi, écoute ma voix qui t’appelle ; Psaumes 141.1

A quelle voix fait-il allusion ?

On parle de voix intérieur, celle qui est le reflet de notre âme et qui exprime ce qui est vrai, sincère et profond. En d’autre terme, ce que David, demande à Dieu, c’est de prêter attention non pas attention à ce qu’il dit, à son cri de désespoir, mais à l’Esprit de Dieu qui est en lui.

Il convient donc, pour nous, d’entretenir Son Esprit qui est en nous. À le nourrir, à veiller à ce que nous lui donnons quotidiennement. Si nos aspirations ne sont que dédain, mépris et méchanceté, nous ferons taire Son Esprit et ne ferons monter vers Dieu que des prières qui aurons du mal à être entendu par Dieu.

La chanson, dit bien que nous pouvons trébucher, mais si nous faisons appel à son Esprit, Il nous consolera.

Renonçons alors à tout ce qui n’est pas de Dieu, toute forme de médisance, de méchanceté, de fausseté et aspirons à ce que La voix qui est au fond de nous, soit le reflet de nos pensés et de notre personnalité. Recherchons profondément La Présence de Dieu dans notre intérieur, notre vie et faisons en sorte qu’Il accoure vers nous quand nous le sollicitons.

Psaumes 141.1