Le visage du Seigneur

Face cachée

Plus jeune, je me faisais un plaisir de regarder la face cachée de la lune. À l’œil nu, on ne voit pas grand-chose, mais ce que l’on appelle la face cendrée de la lune se révèle très intéressante à observer dans la nuit, surtout dans les lieux peu éclairés par ce qui dans le milieu de l’astronomie est appelé pollutions lumineuses des lampadaires de l’éclairage public ou encore des habitations.

Mais ce qui s’applique à la lune, peut également s’appliquer à l’être humain, à nous.

Écoutant la radio hier, j’ai été touché par ce titre d’un orateur parlant du visage du Seigneur.

À quoi correspond le visage du Seigneur ?

On l’affiche souvent sur des images, des statues, ce que l’on appelle le visage du Seigneur.

Mais l’avons-nous déjà vu ce visage ?

Que savons-nous de Lui et de l’image de Sa personne ?

Ce que j’ai pu comprendre, c’est que nous cherchons fréquemment à mettre Le Seigneur à notre niveau d’humain avec Son visage d’homme, occultant l’autre partie de Sa personne, Son visage divin.

Nous limitant à Son visage humain, nous passons à côté de Sa stature Divine, celle de l’Amour de Dieu.

Voilà ce que j’ai pu découvrir :

  • Quel est notre regard du Toxicomane ?
  • Quel est notre regard de la Prostituée ?
  • Quel est notre regard de l’Homosexuel ?

De toutes ces personnes rejetées, nous ne voyons pas en eux l’image du Seigneur, mais plutôt le pécheur.

Il est vrai que nous nous faisons une image de ces personnes qui nous empêche de voir en eux, leur côté caché.

C’est certainement pour cela que Jésus dans l’évangile nous dit que les prostituées, nous devancerons dans le Royaume des cieux. (Cf. Matthieu 21.31)

Les écritures nous montre que bien de ces personnes ont changé de vie. Et le texte du prophète Ésaïe nous montre clairement que Le Seigneur peut se détourner du pécheur, celui que nous méprisons, que nous condamnons, sans reconnaitre l’Amour de Dieu en eux.

Le prophète nous montre un visage différent de ce que l’on a toujours enseigné de Dieu.

Il dit :

Débordant de fureur, un instant, je t’avais caché ma face. Dans un amour éternel, j’ai eu pitié de toi, dit Yahvé, ton rédempteur. Esaïe 54.8

Ce texte dès son commencement parle de Dieu qui cache Sa face à l’homme, mais seulement un instant, mais que Son Amour éternel a remis le pécheur devant Ses yeux.

Difficile de voir en un pécheur le visage de Jésus.

Difficile d’admettre que le Messie a payé pour leurs fautes autant que pour les nôtres.

Difficile de voir en eux l’Amour de Dieu qui surpasse la faute.

Oui, nous nous appuyons trop sur nos condamnations de leurs fautes, de leurs désobéissances de la loi et omettons la face cachée qu’est l’Amour de Dieu pour chacun d’entre nous. Nous ne sommes pas tous des Saints ou des enfants de Dieu pratiquant les lois divines à la lettre, mais nous bénéficions tous de Son Amour dans nos vies.

Recherchons le visage du Seigneur comme le dit la chanson, ce visage qui est tout au fond du cœur du pécheur.

Ne voyons donc plus le visage humain du Seigneur, celui des images, qui nous ramène à l’homme pécheur, mais intéressons-nous, cherchons plutôt Son visage divin, Son Amour, au fond du cœur du pécheur, mais qui est repentant et Aimer du Seigneur.

Que Son Esprit Saint, soit notre boussole, notre guide pour que nous puissions surpasser notre vision du péché de l’homme pécheur pour ne plus voir que l’enfant, Aimer de l’Éternel et racheté par Lui.

 

Esaïe 54.8