Les paroles vaines

Prière à Dieu

Pour bien d’entre nous, prier Dieu est un exercice difficile qui demande un moment de consécration et de concentration. Il arrive qu’à ces moments plus ou moins choisis, que l’on soit emporté dans nos pensées par des situations auxquelles nous avons été confrontées durant la journée ou par des évènements envisagés pour la journée.

On peut se demander pourquoi est-ce à ces moments que nous voulons consacrer à la prière que tout cela se produit ?

Il n’y a pas de solutions ni de réponses toute faite à cette interrogation. Mais une chose est certaine, nous avons des moyens de passer au-delà de ces perturbations.

Pour ma part, ce que je fais principalement est une pause dans la prière, puis toutes ces choses qui viennent, je les présente à l’Éternel, soit pour Lui dire merci de leur accomplissement durant la journée, soit pour les Lui confier pour celle à venir.

Mais, ma réflexion par rapport à la prière que nous adressons à Dieu est tout autre. Dans l’évangile de Matthieu 6.7, Le Messie nous recommande de ne pas adresser des prières à Dieu en multipliant des paroles vaines.

Quand vous priez, ne prononcez pas des paroles vaines à la manière des païens ; ils s’imaginent que c’est leur verbiage qui les fera exaucer.

Ce texte des écritures m’a un temps perturbé et s’est mis en opposition avec ce que l’apôtre Paul nous dit en 1 Thessaloniciens 5.17

Ne vous lassez pas de prier.

Difficile pour un cartésien de se retrouver.

Comment prier sans cesse et éviter en même temps des paroles vaines ?

Quand Paul nous encourage à ne pas cesser de prier, il nous recommande en réalité la persévérance dans nos prières.

Avez-vous déjà constaté que lorsque vous êtes amené à prier pour une personne, au début, on y arrive, on le fait de gaieté de cœur, puis petit à petit on arrive à oublier de prier pour celle-ci ?

Pour y arriver, j’écris sur mon carnet, la liste des personnes pour lesquelles je dois prier ou encore, comme dans le film War Room, je dresse une liste dans mon lieu de prière pour me le rappeler.

Si prier est le moyen que nous avons pour faire confiance à Dieu et Lui laisser les commandes des choses que nous ne pouvons réaliser par nos propres moyens, nos propres forces et persister jusqu’à ce qu’elles se réalisent.

Combien de fois avons-nous demandé, sans persister ?

Combien de fois avons-nous présenté sans y croire ?

Notre fois est souvent ballotée entre croyance, confiance, découragement et abandon.

On peut perdre totalement toutes motivations quant à la prière, à cause de cela. Mais nous avons reçu un avertissement que nous ne devons pas négliger. Notre adversaire vient, nous dit Jean 10.10

Ne vient que pour dérober, et pour tuer et pour détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance.

Mais nous dit le texte, s’il vient pour détruire, anéantir, nous, nous avons Le Messie, Jésus, qui est venu pour que nous puissions avoir la réussite et la victoire sur l’ennemi.

Dans nos moments de difficulté à prier, à persister dans la prière, n’oublions pas que notre adversaire, ne veux pas que nous entretenions cette relation privilégiée avec Dieu par la prière. Si lui y a renoncé pour accomplir sa volonté plutôt que de se soumettre à celle de notre Dieu, il ne souhaite pas que nous réussissions. C’est la raison pour laquelle, il utilise, tous les subterfuges pour nous éloigner de la prière.

Retenons donc cette recommandation de Jacques 4.7

Soumettez-vous donc à Dieu. Résistez au Démon, et il s’enfuira de vous.

Matthieu 6.7