Les surmonter

J’écoutais hier une émission dans laquelle l’animatrice disait que l’ennemi s’intéresse à nos faiblesses. Plus nous nous approchons de l’Éternel, plus nous avons l’impression que certaines de nos erreurs passées, viennent nous retrouver. J’irai même jusqu’à dire que tout ce qui pour nous serait bon, avantageux, ne nous reviennent pas comme nous reviennent nos tentations passées.

Quels sont nos tentations actuelles ?

Pour certains adultes, il s’agit des désirs de la chair et ses plaisirs. Pour d’autre comme pour certains enfants, il s’agit de la gourmandise.

Chacun de nous avons ses désirs refoulés avec lesquels nous luttons chaque jour. Prenons donc un instant personnellement, individuellement pour reconsidérer notre vie actuelle.

Comment pouvons-nous les dominer nos tentations ?

Sont-elles insurmontables ?

Dans 1 Corinthiens 10.13, Saint Paul dit ce qui se doit d’être un véritable booster quand nous sommes éprouvés, tentés. Il dit :

Vous n’avez pas été exposés à des tentations surhumaines, et, Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; au contraire, avec la tentation Il vous donnera le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter.

En lisant ce passage, je me suis demandé quel avantage, dans quel but, pourquoi sommes-nous tentés ?

Ce que nous devons nous rappeler, c’est que nous sommes éprouvé afin d’atteindre une perfection souhaitée et orchestrée par Dieu Lui-même. Ce ne sont pas nos actions qui nous permettrons d’y arriver, en appliquant simplement ce que d’autres nous disent de faire, mais plutôt de nous débarrasser de ce qui entache notre croissance.

Ces petits cailloux qui se glissent dans nos chaussures et pour lesquels on ressent simplement une petite gêne, mais qui à la longue finissent par nous blesser. Seule solution en dernier ressort, nous en débarrasser.

Dieu peut nous en défaire d’un seul mot prononcé, mais dans le combat, qui l’oppose à l’ennemi, Il souhaite que notre volonté de nous en débarrasser soit clairement démontrée et que nous puissions nous même le combattre.

Cela me fait penser à une activité utilisée dans certaines thérapies qui consiste à demander au patient d’identifier sa souffrance, de l’écrire sur un papier puis de déchirer ou de bruler ce papier.

De même la pratique du confessionnal dans certaines communautés sont aussi des moyens utilisés pour reconnaitre ses erreurs et s’en débarrasser.

Si nous ne sommes pas conscients que nos erreurs sont des fautes, nous ne pourrons pas nous en défaire, pour nous il s’agira simplement de choses normales. Si nous banalisons nos actions fautives, elles deviendront des habitudes et elles s’installeront dans la durée.

Que nous reste-t-il comme moyens pour les surmonter ?

Nos tentations sont donc le fruit de nos désirs. J’ai compris également que l’ennemi se servait de mes pensées pour que mes désirs contrôlés ou pas soient assouvis et nous amène à l’acte répréhensible.

Apprenons, comme l’a fait le Messie, à lutter contre ces incitations. Ne nous laissons pas embarquer dans des discussions avec l’ennemi. Entretenons notre âme avec des cantiques, des pensées bibliques qui nous permettront de mieux cerner quand l’ennemi nous tente et répondons lui en toute confiance en la parole de Dieu :

Il est écrit, Dieu dit, ce n’est pas ce que l’Éternel attend de moi…

Gardons également toutes les promesses de l’Éternel afin qu’elles nous rappellent qu’Il est là à nos côtés et qu’Il ne nous a pas abandonnés. 

1 Corinthiens 10.13