Mes péchés sont effacés

Passer l'éponge

Après m’être tu, hier, il m’a été donné de prendre aujourd’hui un instant pour faire un petit bilan de ma vie et de faire une introspection concernant ma croissance et ma progression.

La première des choses qu’il m’a été montré, c’est que certaines fautes, certaines faiblesses que j’avais, je ne les reproduisais plus. On se dit bien souvent que l’homme ne peut rester sans pécher et que c’est notre nature charnelle terrestre qui nous dirige et sans possibilité d’y échapper. Mais ce petit point m’a permis de voir certaines de mes actions répréhensibles qui aujourd’hui ne font plus partie de mes fautes, quelles soient volontaires ou pas.

Comment cela est-il possible ?

Quels sont les sacrifices et actes effectués ?

On pourrait, et c’est bien généralement cet enseignement que l’on nous a laissé, penser qu’il m’a fallu de nombreuses actions pour pouvoir résister à la tentation de reproduire ces erreurs. Pas de sacrifices ni offrandes particulières si ce n’est de premièrement de reconnaitre sa faute, son péché, de Lui demander de l’aide pour ne plus recommencer et Le laisser nous transformer.

Voilà comment, en quelques années, la transformation qu’Il a opérée en moi.

Ce n’est donc aucunement aucun sacrifice, ou un quelconque acte qui M’a transformé, mais seulement la volonté de vouloir changer et Lui laisser la main pour qu’Il fasse l’opération.

Si l’on devait illustrer, cela reviendrait à se présenter à l’hôpital pour subir une opération chirurgicale et tout en étant patient donner les instructions au chirurgien pour qu’il procède.

Qu’ai-Je, appris d’autre ?

Le Seigneur m’a également montrer que mon attachement aux choses terrestres n’était plus.

Il arrive que certaines choses qui représentaient tant pour nous, auxquelles nous sommes si attachés, ne représentent aujourd’hui aucun caractère essentiel à notre vie.

C’est certainement dans ce sens que l’apôtre Paul dit en 1 corinthiens 10.23 :

Toutes choses me sont permises, mais toutes choses ne sont pas avantageuses ; toutes choses me sont permises, mais toutes choses n’édifient pas.

Partant de ce constat, on peut bien vite comprendre que ce n’est pas tout ce qui est matériel, qui est terrestre, sur lesquels nous devons porter notre attention, mais plutôt sur ce qui n’est pas éphémère, mais qui est plutôt durable.

Beaucoup d’entre nous cherchons à nous changer, nous transformer, délaisser nos mauvaises habitudes, et n’y arrive pas. À la moindre tentation, ou occasion, nous chutons et regrettons amèrement de nous être de nouveau fait avoir.

La transformation dont je parle est celle qui est mise en place, non pas par nos propres forces, nos propres actions, mais par l’œuvre de l’Esprit de Dieu en nous.

C’est Lui qui opère, qui transforme. Notre seule action est d’une part de désirer sincèrement être transformé et surtout Le laisser procéder petit à petit au changement quel que soit le temps que cela prendra.

Me viens cette petite image pour illustrer la chose. Si vous avez un terrain pierreux pour lequel vous avez comme objectif d’en faire un jardin, vous devrez, avant de planter ou de semer, ôter toutes les pierres qui vous empêcheront de voir votre jardin produire des fruits.

Laissons donc l’Éternel enlever tous les cailloux qui entravent la croissance des grains ou des plans en nous.

Je termine alors mon analyse de mes années passées en me demandant, que sont devenus, tous ces cailloux ?

Le recul me permet aujourd’hui de comprendre ce que dit Le Créateur dans Sa parole me concernant et surtout la transformation qu’Il a opérée en moi :

J’ai dissipé tes fautes comme un nuage, tes péchés comme une nuée, je t’ai racheté, reviens donc à moi.  Ésaïe 44.22

Merci, Mon Dieu.

Ésaïe 44.22