Quel enseignement ?

Chair ou Esprit

Dans notre vie de tous les jours, nous avons de nombreuses leçons à apprendre, connaître et mettre en pratique.

Depuis notre jeune âge, nous recevons de différents enseignants les  nombreuses connaissances et savoir à mettre en pratique.

Dans notre vie d’adulte, nous continuons tout en n’étant plus sur les bancs de l’école, des instructions qui sont plus de notre vie quotidienne, que scolaire.

Que représente pour nous ces instructions ? 

Sommes-nous suffisamment attentif pour les recevoir ?

J’ai été amené à recevoir des enseignements de l’Éternel, que les humains ne pouvais comprendre ou percevoir. Ce sont des règles de vie et d’acceptation de l’autre, d’Amour pour celui-ci quand bien même les souffrances endurées.

Cette non-perception chez l’autre de cet enseignement reçu, le pousse souvent à s’acharner dans sa vision et son  fonctionnement oppressant qui est bien souvent en opposition avec les directives reçues par Dieu.

Ce n’est pourtant pas, parce que l’on ne réagit pas à cette pression, cette souffrance qu’elle n’existe pas, qu’elle ne fait pas mal ou n’est pas humiliante.

Qu’est-ce qui nous permet de tenir ?

Jésus, nous donne un enseignement en  Matthieu 11.29  :

Trouver le repos en Lui, quitte à accepter l’humiliation et l’oppression.

Nos opposants et oppresseurs ne peuvent comprendre cette force, ce courage et cette détermination à endurer les injures, les souffrances de leur part, tout en étant pour autant en paix.

C’est ainsi donc que l’on arrive à avancer, la tête haute et confiant en l’avenir sans pour autant se soumettre à l’oppresseur. Il m’arrive par moment de Me dire : 

Si seulement ils savaient que c’est par respect pour Mon Dieu, que Je Me tais et que J’exprime l’Amour !!!

C’est dans ce sens que Le Messie nous dit que malgré le poids de  notre cartable (notre joug), que c’est un soulagement pour notre âme.

Acceptons donc les instructions de notre Dieu, résistons donc à l’oppression de notre ennemi et il fuira loin de nous. Ainsi nous aurons notre âme apaisée.

Matthieu 11.29