Sanction ou délivrance

Dieu se manifeste

Hier, nous était montré dans le journal d’information local, le personnel soignant qui, depuis plus de six mois, se trouve privé, de revenu et par conséquent sont en difficultés par rapport à leurs engagements financiers.

Comment peut-on en arriver à autant faire souffrir un être humain créé par le divin ?

Nous sommes conscients que la société, telle qu’elle est construite, nous met dans une certaine dépendance à l’argent et certains utilisent cela pour faire des pressions sur d’autre en voulant les dominer et en faire ce qu’ils désirent.

Quand j’entends ces souffrances et les difficultés de l’homme, je ne puis rester insensible. Si les moyens m’étais donnés, je donnerais pour leur venir en aide.

Je renouvelle mon interrogation, alors, pourquoi, Dieu, Le Tout-Puissant, Le Père aimant, n’intervient-Il pas ?

On a toujours des difficultés à comprendre l’attitude de Dieu. Si moi qui ne suis qu’un être humain, ressens autant de bienveillance et de compassion pour ceux qui souffrent, à plus forte raison, Le Seigneur, Lui, ne peut rester insensible. La réponse à mon interrogation a trouvé un début de réponse dans les écrits du prophète Daniel où il est dit que les souffrances du peuple, l’oppression dont il est fait mention en Daniel 9, 11 et 12, un temps est fixé pour que cela cesse. 

Si le temps de souffrance a une fin d’établie, comment se manifestera Le Tout-Puissant ?

On a toujours tendance à penser que le Créateur, notre Dieu, est éloigné de nous et ne se manifeste pas. Ainsi, on fait comme on veut, on agit selon nos propres volontés et désirs. Ce que nous condamnons chez l’oppresseur, est d’une certaine manière la même attitude que nous avons.

Celui qui oppresse agit en ne pensant qu’à ses propres désirs, ses propres intérêts. Nous de même, notre volonté à faire selon nous sans penser aux conséquences sur les autres, nous amène à nous retrouver parfois aussi comme des oppresseurs.

N’oublions pas cependant que Le Seigneur a fixé une date de fin aux actions oppressantes des uns et des autres.

Dans l’évangile de Matthieu 24, parlant de période de souffrance et de tribulation, il dit : 

Et aussitôt après l’affliction de ces jours-là, le soleil s’obscurcira, et la lune ne donnera pas sa lumière, et les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. Matthieu 24.29

On se disait que Dieu avait du mal à réagir à nos souffrances, mais visiblement Il a une période déjà défini pour intervenir et montrer Sa Toute Puissance.

Qui est en mesure d’obscurcir le soleil ?

Qui peut faire tomber du ciel des étoiles ou encore déstabiliser les puissances célestes ?

Je m’adresse donc à tous ceux qui souffrent, à tous ces soignants sans revenu, reprenez courage, remettez votre confiance en Dieu, Son moment est déjà établi pour votre délivrance. Nous qui assistons à tout cela, apportons-leur notre soutien. Je pense également à ces personnels de santé qui, à côté de mon lieu de travail, quand je passe et quand je peux, leur donne ne serait-ce qu’un ticket restaurant.

Ne restons en conséquence pas insensible à leur situation. Il ne s’agit pas de se dépouiller pour leur venir en aide, mais avec ce que nous avons, que nous pouvons partager, offrons-leur une partie de ce que nous pouvons.

Au moment choisi par Dieu, au temps qu’Il a fixé, Il interviendra. La sanction sera pour les oppresseurs et la délivrance pour les oppressés. 

Nous, qui aurions été participant de Sa bonté, pourrons avoir notre récompense et la reconnaissance.

Le temps prévu de notre délivrance finale sur cette Terre de souffrance et de désolation, est fixée et ne va pas tarder à s’accomplir. Dieu, par ces prophètes, nous a révélé des signes pour annoncer Sa venue.

Prêtons-nous attention à ces signes ?

Les avons-nous vus passer ?

Nous sommes-nous dit qu’il ne s’agit que de phénomène naturel ?

Ou encore, sont-ce des choses que la science est en mesure d’expliquer ?

Ne rejetons pas les avertissements que Le tendre Père nous envoie, mais notons-les et interrogeons Dieu afin de connaitre Sa volonté pour nous.

Matthieu 24.29