Terrestre ou Céleste

Avoir un bien immobilier procure un certain bien être au propriétaire. Ce bonheur, cette joie est décuplée quand il s’agit d’une habitation construite par l’occupant. Avoir vu la construction, l’évolution des différentes phases de l’idée à la réalisation en passant par la conception, les démarches administratives. Mais que la demeure soit un achat ou une construction, une fois installé, l’occupant peut jouir pleinement de son bien et est fier de le posséder.

Hier en regardant les informations, mon attention s’est porté sur les nombreuses habitations détruites par les bombardements et le conflit russo-ukrainien.

Ma première vision des choses a été de me dire, que les bombardements et destructions ne font pas de différences sur les catégories socio-professionnelles des habitants. Que l’on soit riche ou pauvre, les destructions sont les mêmes.

Ma deuxième vision de ces destructions a justement été de me dire, que nous attachons une très grande importance à nos demeures terrestres et ne sommes pas conscient qu’en un instant, nous pouvons tout perdre.

Quel attachement avons-nous de nos habitations ?

Nos demeures les considérons-nous comme éternelles ?

L’Apôtre Paul en 2 Corinthiens 5.1 nous alerte sur l’attachement que nous devons avoir avec tout ce qui est propriété terrestre. Il dit ainsi :

Nous savons, en effet, que si notre demeure terrestre, est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l’œuvre de Dieu, une demeure éternelle qui n’est pas faite de main d’homme.

Je ne sais pas si ces paroles de l’apôtre ferait du bien à ceux qui perdent actuellement leurs bien en Ukraine, mais il donne toutefois une espérance d’une habitation qui n’est pas humaine et qui est éternelle.

En regardant encore ces reportages, j’ai par ailleurs été touché par la gratitude, la reconnaissance que certains déportés malgré la perte de tout ce qu’ils possédaient, avait pour Dieu.

Quels enseignements pour nous ?

Si nous n’avons pas de guerre dans nos territoires, nous avons par moments des petites crises liées à la perte d’un emploi par exemple, qui nous mettraient en difficulté financière et pourraient nous déposséder de nos biens.

Si l’on se base sur le texte de Paul, nous devons donc porter davantage notre attention sur notre demeure céleste, qui elle est éternelle et qui a pour constructeur Le Créateur Lui-même.

Quel doit être notre attachement ?

Paul nous invite et nous incite à fixer le regard sur Dieu.

Me revient l’histoire de la femme de Lot (Cf. Genèse 19) qui, consciente des biens terrestres qu’elle laissait, s’est retourné et fut changé en statue.

Focalisons nos intérêts et nos yeux sur notre Dieu et les biens Célestes éternels qu’Il nous a préparé plutôt que sur ce qui est terrestre et qui peut en un instant être détruit par le feu. 

De même, dans notre vie spirituelle, donnons plus d’importance à ce qui nourrit, entretient notre âme et nous prépare à notre demeure dans le ciel plutôt qu’à tout ce qui est matériel, terrestre et éphémère qui ne nous seront d’aucune utilité dans le ciel.

2 Corinthiens 5.1