Un cœur nouveau

 

Là, tu rechercheras Yahvé ton Dieu et tu le trouveras si tu le cherches de tout ton cœur et de toute ton âme.

Deutéronome 4.29

Il nous est facile en regardant dans le passé et le présent pour se faire une idée de ce que nous n’aurions pas fait dans certaines circonstances.

Actuellement le monde est bouleversé par rapport à certaines décisions politiques et/ou scientifiques prisent qui entrainent des changements de comportements, d’habitudes et de pratiques plus généralement.

Et souvent, nous nous disons :

“Si c’était moi, je n’aurais pas fait ainsi, je n’aurais pas accepté ces choses”.

Les décisions des autres sont la plus part du temps assujetti à nos manières bien à nous de percevoir les choses.

Mais nos façons de voir les choses sont-elles vraiment ce que nous ferions réellement ?

Avons-nous la critique facile juste pour nous démarquer des uns et être bien vus des autres ?

En écrivant ces mots, me vient à la pensée la  période des élections présidentielles qui arrive a déjà débutée.

Beaucoup de candidats, ont toujours des mots concernant leur programme ce qu’ils feraient à la place du gouvernement ou du Président ou plus généralement du candidat sortant. 

Mais au fond de leur coeur, leur volonté est elle orientée vers le peuple ?

Une fois aux commandes, toutes les promesses faites, s’évanouissent sans qu’aucune personne ne puisse leur rappeler leurs promesses et l’absence de leurs matérialisations.

Combien d’entre nous serait prêt à s’engager pour changer les choses ?

Lequel d’entre nous serait capable de mener un peuple non pour satisfaire ses propres intérêts ?

L’exemple qui me vient à l’esprit est celui de Moïse à qui la lourde de responsabilité ait été donnée de conduire un peuple aussi important.

Quand je pense également à la situation que nous vivons en Guadeloupe et en Martinique, les leaders syndicaux n’arrivent pas à contrôler une partie de la population.

Imaginez donc la lourde charge qu’était celle de Moïse.

Le livre de Nombre 1.45 nous indique que le recensement effectué par Moïse était de 603 550 personnes âgées de plus de 20 ans.

Cela correspond à quasiment le double de la population de la Guadeloupe.

Il nous est en effet facile de critiquer les gouvernants, nos dirigeants même dans nos communautés respectives et je dis ceci également pour moi qui souvent ait été dans la critique jusqu’à ce que l’Eternel me demande d’arrêter de critiquer ces enfants.

Me vient cette interrogation si l’Eternel nous disait aujourd’hui comme Il l’a fait dans le passé :

Qui enverrai-je et qui marchera pour nous ? Esaïe 6.8

Seriez-vous prêt à répondre “Me voici, Envoie-moi” ?

Mais ces paroles d’engagement suffisent elles ?

Nous avons déjà eu l’occasion de le dire, il ne suffit pas pour Dieu des paroles ou des actions réalisées sans amour. 

Ce qui importe pour Dieu, c’est le cœur de l’homme.

Le verset de base de notre étude et à mon humble avis, c’est ce que Moïse a fait qui lui a permit de diriger ce peuple, dit :

Nous devons chercher le Seigneur Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme. Deutéronome 4.29

Avons-nous déjà, même si nous n’avons pas pour objectif de diriger un peuple, une communauté, une nation, pris le parti de rechercher le Seigneur de tout notre Cœur et notre Âme ?

Moïse lui a prit cette engagement de rechercher ce qui plait à l’Eternel plutôt que ce qui Lui plaisait.

Il nous est difficile en qualité d’être humain, de pécheur de rechercher de tout notre cœur, l’Eternel pour ne faire que Sa volonté.

L’exemple du peuple d’Israël nous le révèle, pourtant à part certaines exceptions, Dieu a toujours aimé et chéri Son peuple.

Avons-nous cette même pratique vis-à-vis de nos proches, nos prochains ?

Regardons ce que nous enseigne les écritures concernant le peuple d’Israël et Dieu.

Il est dit en Deutéronome 30.9,10 :

Toutes les bénédictions,  les cadeaux que le peuple obtiendra de Lui quand il obéira et reviendra à son Dieu de tout son cœur.

Le verset 9 dit :

Dieu te comblera de biens, fera prospérer ton travail. Il prendra plaisir à nouveau à notre bonheur.

Nous avons ici une description de deux caractéristiques que l’on pourrait regrouper en une seule :

  • Le Pardon
  • L’Amour

 Pardonner, c’est donc aimer.

Quand notre prochain nous a déçu, nous à fait mal, ces deux caractéristiques divines, je précise divines, puisqu’humainement nous en sommes incapable, nous faisons le bonheur de notre Dieu, de notre prochain également.

Pratiquons donc l’Amour de Dieu par le pardon à chaque fois que notre prochain reviendra vers nous.

C’est la que la parole de l’Eternel prend tout son sens quand il a répondu à la question :

“Combien de fois dois-je pardonner ?”

L’Amour de Dieu, l’Amour pour Dieu et par conséquent pour notre prochain nous permettra de surpasser les différents et les querelles pour que nous puissions prendre plaisir en la vie avec Dieu et notre prochain.

Ce changement doit donc nous permettre, d’arriver à opérer un changement radical dans notre coeur.

Laissons donc dans le siège de notre âme, la place à l’Esprit-Saint afin qu’Il puisse nous transformer en profondeur. Nous pourrons ainsi jouir des bénédictions que l’Eternel a en réserve pour Ses enfants.