Un jour ou l’autre

J’ai reçu de l’Éternel il y a une semaine ces mots : 

La vérité finit toujours par éclater.

Le condamner ou le fautif d’hier devient, à la lumière de la vérité, l’innocent d’aujourd’hui.

Hier, une amie publiait ces mots : 

Il y a quatre mots importants dans la vie, l’amour, honnêteté, la vérité et le respect. 

C’est la lecture de cette image qui me remémora les paroles de l’Éternel concernant la vérité.

Certains cherchent à cacher ou faire taire la vérité et y arrive pendant un certain temps, mais seulement pour un certain temps.

Mon feu Beau-Père, Respect à lui, disait si je m’en souviens à quelques mots près :

Tout homme sait ce qu’il fait de bon ou de mauvais, mais que le marteau et l’enclume agissaient dans l’esprit de celui-ci et contre lui.

N’avons-nous pas des choses que nous tenons secrètes, que nous ne souhaitons avouer ou ne souhaitons révéler ?

Si l’on s’en tient au texte de Saint-Paul aux Corinthiens, il dit ceci : 

Car nous n’avons point de puissance contre la vérité, nous n’en avons que pour la vérité. 2 Corinthiens 13.8

Nous le voyons bien, que les tribunaux en menant l’enquête finissent par faire éclater la vérité sur des agissements gardés bien précieusement secrets par certains. Certains hommes politiques l’ont bien compris et utilisent toutes les manœuvres en leur possession, en leur pouvoir, pour y échapper, faisant en sorte que le temps les fassent oublier. Mais même en procédant à tous ces stratagèmes, il y a certains journalistes d’investigations qui réussissent à faire éclater la vérité. Pas besoin d’aller loin, les dernières élections ont fait ressortir des pratiques révélées par les journalistes concernant le cabinet conseil Mc Kinsey.

L’apôtre Paul en écrivant ce texte nous indique cependant que nous nous devons d’être des acteurs de la vérité.

Travaillons-nous pour la vérité ?

Si certains utilisent le texte de Deutéronome 29.29 pour garder secret certain de leurs méfaits ou actions condamnables, ils omettent peut-être volontairement la suite du texte qui n’est pas négligeable. Le début du verset dit ceci en effet :

Les choses cachées sont pour l’Éternel notre Dieu ;

Si l’on s’arrête à cette partie du verset, on peut se dire que nos secrets ne concernent que Dieu et nous. Mais il y a un bémol dans cette façon de concevoir les choses, nous oublions que Dieu est juste dans tout ce qu’il fait et la fin du texte nous indique :

… afin que nous fassions toutes les paroles de cette Loi.

Nous pouvons donc avoir nos secrets, nous pouvons également les confier à Dieu, mais n’oublions donc pas qu’Il est juste dans Ses jugements. C’est comme si l’on confiait à celui qui doit nous juger son méfait. Il agira toujours selon La Loi qu’il nous a prescrite et que nos actes et actions doivent s’y référer.

Nous oublions trop souvent, que nos méfaits ont un impact, non pas seulement sur nous, mais aussi sur notre prochain.

Par conséquent, Dieu dans Ses jugements tiendra forcément compte de notre confession, mais Il devra par ailleurs répondre à la prière de celui qui en est la victime.

Si les juges humains se laissent corrompre, si les journaliste se font acheter pour ne par faire éclater les secrets, Lui notre Dieu est Juste Juge.
Un jour ou l’autre, Il finira par faire éclater la vérité et préparera le cœur de l’affligé à recevoir les aveux et l’aidera à pardonner son oppresseur. Ce dernier, avouant sa faute, lui aussi y trouve sa part, puisqu’il se décharge du fardeau, (Le marteau et l’enclume).

Travaillons donc pour la vérité et ne faisons rien qui soit contre la vérité. Un jour ou l’autre, elle finira par être révélée au grand jour.

2 Corinthiens 13.8